Le Régiment Garibaldien

Au début de la Première Guerre Mondiale et malgré sa position de membre de la Triple Alliance (avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie) depuis 1882, l’Italie choisit la neutralité.
Pourtant, de nombreux italiens voulaient prendre part au conflit dans le camp de la Triple Entente (France, Russie et Royaume-Uni).
Beaucoup s’engagent alors dans la Légion Etrangère au sein de l’armée française.Petits fils garibaldi

La Légion va alors constituer un régiment comptant majoritairement des italiens et commandé par un petit fils de Guiseppe Garibaldi (un des pères de l’indépendance italienne), Guiseppe "Peppino" Garibaldi.
D’autres petits fils de Garibaldi serviront également comme officiers dans ce régiment (6 au total en comptant Peppino).
Ce régiment sera ainsi surnommé Régiment Garibaldien même si son nom officiel reste le 4e régiment de marche du 1er étranger.

Créé le 05 novembre 1914, il compte 2 200 hommes répartis en 3 bataillons et un état-major.

Arrivé en 1ère ligne le 24 décembre, le 1er et le 2e bataillon s’illustrent dès le lendemain en Argonne en attaquant les tranchées allemandes avec beaucoup de bravoure avant de se replier, laissant 160 morts et blessés.
Une nouvelle attaque ,le 5 janvier, lors des combats de Courtechausse permet au régiment de prendre trois tranchées allemandes avant un nouveau repli à cause d’une contre-attaque ennemie.Regiment garibaldien
Le régiment est engagé dans d’autres combats jusqu’au 10 janvier puis il disparait des archives militaires jusqu’au 5 mars 1915.

En effet, à cette date, l’Italie s’apprête à quitter la Triple Alliance pour rejoindre la Triple Entente et va participer activement à la guerre.
Les italiens du régiment sont alors démobilisés ou quittent volontairement l’armée française pour rentrer dans leur pays.
Le régiment est dissout le 5 mars 1915 et l’Italie entrera en guerre le 24 mai.

Pendant sa courte existence (4 mois), le corps aura perdu 556 soldats : 93 morts, 136 disparus et 337 blessés.

C’est d’ailleurs dans ce régiment qu’a servi Lazare Ponticelli, le dernier Poilu de France mort le 12 mars 2008 (né italien, il avait été naturalisé français à sa demande en 1939).

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire