La fin explosive du cargo Grandcamp

Quand l’usine AZF de Toulouse explosa en 2001, quelques journalistes et personnes se demandèrent si d’autres accidents avaient eu lieu à cause du nitrate d’ammonium.
Et ils trouvèrent l’histoire du cargo français Grandcamp.

 

Le Grandcamp est l’un des 2710 liberty ship construit par les Etats-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale pour assurer l’envoi de matériel vers l’Europe et remplacer ceux couler par les sous-marins allemands.
Construit en 1942 puis transféré gratuitement à la Compagnie générale transatlantique en 1946, c’est sous pavillon français qu’il accoste à Texas City en avril 1947.

Le cargo français est chargé d’environ 3 000 tonnes de nitrate d’ammonium (il y en avait 300 tonnes à Toulouse).Parking texas city
Le nitrate d’ammonium (NH4NO) est une poudre blanche qui est utilisée comme engrais depuis le début du XXe siècle. Toute seule, cette poudre est inoffensive mais si elle est en contact avec autre chose comme du chlore, du fuel ou certains métaux et qu’une source de chaleur apparaît, cela peut très vite devenir dangereux.

Quand un incendie se déclenche à bord du navire le 16 avril 1947 à 8h00, l’équipage ne panique pas et essaie d’éteindre le feu. Devant le feu qui devient très impressionnant, le navire décide de s’éloigner du quai et le capitaine se met à projeter de l’eau sous pression sur l’incendie, ce qui accéléra la réaction chimique.

A 9h12, la cargaison explosa.
La violence de l’explosion est telle que le cargo est pulvérisé (on retrouvera son ancre dans un jardin 3 kilomètres plus loin) et que le port et la ville de Texas City sont en train de brûler (à droite, des voitures calcinées sur un parking à 500 mètres du port).

 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là.Port texas city
Le destin avait décidé de s’acharner.

 

Parmi les navires qui brûlent dans le port après l’explosion se trouve le cargo américain High Flyer.
Celui-ci est chargé de 1 000 tonnes de souffre et de 1 000 tonnes de nitrate d’ammonium.
Il explosera le lendemain suivit par l’entrepôt contenant 500 autres tonnes de nitrate d’ammonium pas encore chargés sur les navires.

 

Le bilan est très lourd.
581 morts, plus de 5 000 blessés et la zone portuaire est transformée en désert.
Cette catastrophe, relativement inconnue, est à ce jour l’une des plus graves catastrophes maritimes de l’histoire.
Et elle est dû à un navire français.

COCORICO !!!

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire