Le naufrage du vasa

Fin et renaissance du Vasa

De partenaire mineur d’une union entre la Norvège et le Danemark, la Suède devient peu à peu indépendante puis apparait bientôt comme un grande puissance majeure grâce à l’action de plusieurs rois talentueux.
Et parmi ces rois, celui qui nous intéresse aujourd’hui est probablement l’un des plus glorieux (avec Charles XII de Suède) : Gustave II Adolphe de Suède.

Très puissante sur le plan militaire et dirigée par un commandant talentueux, la Suède gagne presque toutes ses batailles terrestres et impressionne l’Europe.
Cependant, sur mer, la flotte suédoise enchaine les défaites et les désastres.

En effet, les vaisseaux légers suédois étaient adaptés à l’abordage mais ne faisaient pas le poids face aux navires lourds débordant de canons des autres flottes de la Baltique (Pologne, Danemark ou Norvège).

 

Gustave II Adolphe décida donc de faire construire 5 vaisseaux de 48 canons qui formeront la base d’une puissante flotte suédoise.


Parmi ces bateaux, le futur navire amiral, le Vasa.
Le plus grand, le plus impressionnant et splendide de tous les navires que la Suède avait construits jusque-là.
Très impressionnant.
Trop impressionnant.
Trop splendide.

Pas assez large par rapport à sa hauteur, trop chargé en dorures, décorations et armements, le bateau souffre de graves problèmes de stabilité qui sont révélés lors des premiers tests. Mais rien n’est fait pour les corriger et le roi est impatient de voir ses nouveaux navires faire voguer le drapeau suédois sur la Baltique.

Le 10 août 1628, après 3 ans de construction, le Vasa est mis à l’eau pour faire son voyage inaugural.
Après une salve de canons en honneur a la foule venu assistée au spectacle (des milliers de personnes dont plusieurs ambassadeurs de pays amis ou ennemis), le navire quitte la partie abritée du port.

Et c’est à ce moment là que la courte vie du navire va s’achever.
Une rafale de vent gonfle les voiles et fait dangereusement incliner le navire. Avec grand mal, l’équipage redresse le vaisseau.
Une autre rafale, plus forte, incline trop le Vasa pour qu’il soit sauver et il se met à couler.

Son voyage aura duré seulement quelques minutes et il aura parcouru environ 300 mètres.
Il sombre à 120 mètres du rivage et s’en va reposer à 32 mètres de profondeur.
Entre 30 et 50 membres d’équipages périrent dans le naufrage en même temps que les 52 000 dalers (environ 104 000 livres tournois) investit dans sa construction, une vrai fortune pour la Suède de l’époque.

Ce n’est pourtant pas la fin de l’histoire pour le Vasa.
Redécouvert dans les années 50, il est sorti de la vase et entreposé dans un entrepôt puis dans un musée spécialement dédié à ce navire.
C’est aujourd’hui la deuxième attraction touristique de la Suède avec plus d’1 million de visiteurs par an.

4 votes. Moyenne 4.50 sur 5.