Bataille ain djalout 2

la bataille d'Ain Djalout

Après avoir fort avancer et conquit la Syrie, Hulagu Khan, commandant de l’armée mongole doit retourner en vitesse vers la capital mongole pour régler des problèmes dynastiques.
En effet, la mort du Grand Khan Mongke réveille les rivalités entre les frères ennemis Kubilaï Khan et Arigh-Boge.

Voyant le commandant mongol et une partie de l’armée s’en aller, le sultan mamelouk décide d’aller à leur rencontre pour reprendre la Syrie (qui était une de ses provinces).

Les mongols, avec Ketboga à leur tête, continuent de descendre en Syrie et vers l’Egypte, cœur du sultanat mamelouk. Ils sont rejoints par des contingents venant d’Arménie et de Géorgie.

Les mongols et les mamelouks se rencontrent à proximité du village d’Ain Djalout le 3 septembre 1260.

Entre 10 et 12 000 mongols affronteront ainsi 15 à 20 000 mamelouks commandés par le sultan Quttuz et par Baybars, un des plus grands sultans mamelouks de l’histoire du sultanat.

Dans un premier temps, les mongols sont bien partis pour l’emporter. L’avant-garde mamelouk est pulvérisée et les lignes suivantes commencent à être enfoncées.

Mais le sultan Quttuz réorganise son armée et enlève son casque. Il se met alors, avec Baybars, à haranguer ses troupes et à lancer des appels à la foi des soldats.

Les soldats mamelouks reprennent alors courage et repoussent peu à peu les mongols.
Essayant de redresser une situation qui commence à lui échapper, Ketboga se lancent encore plus dans la mêlée et se fait tuer.
La mort de leur chef désorganisent les mongols qui fuient le champ de bataille.
Les pertes de chaque camp sont inconnues mais les mongols se retirent totalement de Syrie ?

C’est la première grande défaite militaire infligée aux mongols depuis le début de leurs conquêtes deux siècles auparavant. Cela marque l’arrêt de leur avancée à l’ouest et ils ne se concentreront plus que sur l’Asie et la Chine.
Sinon, cette bataille a un retentissement fort à l’ouest. Les mongols ne sont plus invulnérables et ils peuvent être vaincus ce qui rassure les européens qui s’étaient vu infligés deux grosses défaites 20 ans auparavant aux batailles de Legnica (9 avril 1241) et de la Mohi (12 avril 1241).

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !