Bataille de carabobo

La bataille de Carabobo

Pendant l’occupation de l’Espagne par Napoléon, les colonies espagnoles d’Amérique du Sud se mettent à se rêver indépendantes.

À la suite de plusieurs tentatives, échecs et péripéties, c’est Simon Bolivar qui prend la tête de la révolte et sera surnommé El Libertador.
Il en profite pour réaliser son rêve d’une Amérique du Sud indépendante et unie sous le nom de Gran Colombia.

Après avoir libéré ce que l’on connait aujourd’hui sous le nom de Colombie et le Panama, Bolivar dirigea son armée vers le Venezuela qui était toujours contrôlé par les royalistes fidèles à la couronne espagnole (qui avait envoyé des forces vers ses colonies après le retrait des troupes françaises et le rétablissement de la monarchie).

A la rupture d’un armistice signé précédemment entre les patriotes (de Bolivar) et les royalistes, El Libertador entre au Venezuela (son pays natal) en avril 1821.

Il rencontra l’armée espagnole le 24 juin.
Les espagnols (2 500 fantassins et 1 500 cavaliers) attendaient l’armée de Bolivar se sont retranchés sur la route que le révolutionnaire doit emprunter.
Celui-ci dispose de 4 000 fantassins et 2 500 cavaliers.

Il décide alors d’envoyer la moitié de son armée effectuer un mouvement de contournement de l’ennemi.
Le général espagnol voit bien cette manœuvre et fait de même en envoyant la moitié de ses forces pour leur barrer le passage.

Les royalistes reçoivent ainsi les patriotes par un feu très nourri.
Après un combat acharné, les soldats de Bolivar prennent position et mettent en déroute leur ennemi. Ils se dirigent ensuite vers l’arrière des espagnols.

L’infanterie hispanique essaie de former des carrés de fusiliers pour résister à la charge de la cavalerie ennemie. Mais le repli royaliste est tel que la manœuvre échoue et toute l’armée part en déroute, poursuivie par une cavalerie qui massacre tous ce qui passe à portée d’arme.

Les royalistes perdent 2 900 morts et blessés face à seulement 200 morts dans le camp patriote (les chiffres donnés par Bolivar sont les seuls que l’on a pour les pertes de ses troupes lors de cet affrontement).

La dernière armée royaliste du Venezuela étant écrasée, Bolivar s’empare du Venezuela et l’intègre à Gran Colombia après un dernier affrontement lors de la bataille navale du lac Maracaibo.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.