La tulipomanie, première crise économique de l'histoire

Les grandes crises économiques ne sont pas un phénomène récent.
Si la mondialisation et l’interconnexion des acteurs les rend aujourd’hui plus importantes, les crises existent bel et bien depuis des centaines d’années.
Et la plus ancienne recensée à ce jour a eu lieu en 1637 à cause de tulipes …

 

I - L’importance de la tulipe au XVIIe siècleBouquet fleurs bruegel

Au début du XVIIe siècle, le Nord de l’Europe se passionne et manifeste un engouement sans précédent pour le jardinage et l’horticulture (la culture des fleurs).
La tulipe était une fleur inconnue du grand public et, venue de Constantinople, elle était devenue très rare.

Les jardiniers découvrirent alors cette fleur et les possibilités quasi-illimitées de création d’hybrides avec.

La tulipe devient ainsi un objet de luxe et tellement convoité qu’on pouvait voir des voleurs essayer de dérober les bulbes et les fleurs de tulipes.

Cette fleur fait aussi son apparition dans tous les supports artistiques de l’époque tels que les livres et les peintures (les bouquets de fleurs de Bruegel comme à droite par exemple).

La tulipe est partout.

 

II - La crise

Pour comprendre l’origine de la crise, il faut connaitre le marche de la tulipe de l’époque.Champ de tulipes
La tulipe est une plante à bulbe et on s’échange les bulbes fleurit. Les ventes se font donc au comptant pendant la floraison qui dure entre avril et mai.
Le reste de l’année, des contrats devant notaire étaient signées entre les acheteurs et vendeurs sur des bulbes encore inexistants.

Les Provinces-Unies (actuel Pays-Bas) se spécialisèrent dans la production de tulipes.
Mais l’apparition d’une demande française toujours plus grosse (et qui augmenta plus vite que la production) stimula les ventes et entraina une arrivée massive de spéculateurs.

Les prix augmentèrent fortement à partir de 1634 et jusque fin 1636.
Début 1637, un bulbe de tulipe pouvait valoir plus de 6 700 florins, ce qui est le prix de deux maisons, de 8 veaux bien gras ou encore de 20 mois de salaire d’un ouvrier spécialiste.

En février 1637, les spéculateurs se rendent compte de l’absurdité de ces prix et mettent en vente massivement leurs bulbes.

Le prix du bulbe s’effondre brutalement et aucun contrat ne peux être honoré en 1637.

 

III - Conséquences

De nombreux marchants font faillite à travers les Provinces-unies et en Europe.Crise eco

Le désastre est tel qu’un prix maximal par bulbe est instauré en avril 1637 : 50 florins.
On voit bien la différence entre ce prix maximal autorisé et le prix spéculatif maximal de février 1637.

Même si elle est ancienne, cette crise dû à une bulle spéculative n’est pas très éloignée dans son fonctionnement de nos crises économiques récentes comme la bulle Internet de 2000 : le prix d’un produit est complètement déconnecté de sa valeur réelle et seul compte son prix futur en étant persuadé qu’il continuera continuellement de grandir, un peu comme pour le bitcoin il y a peu.

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire