Opération Avalanche, premier débarquement allié réussi en Europe

Lancée un peu dans la précipitation et la confusion, il s’en est fallu de peu pour que l’Opération Avalanche soit un échec.
Cela reste pourtant une victoire pour les Alliés et marque le premier débarquement réussit sur le continent européen.

 

I - Contexte

En 1943, les russes supportent quasiment tous seuls les attaques de la Wehrmacht en Europe.
Sous pression, Staline demande aux autres Alliés d’ouvrir un autre front en Europe au travers d’un débarquement.

Deux possibilités sont alors sur la table : la Grèce et l’Italie
Les britanniques souhaitent un débarquement en Grèce pour empêcher un contrôle communiste sur le pays et sur la Méditerranée orientale.
Mais les américains préfèrent l’Italie qui était considéré comme le pays le plus faible de l’Axe en plus d’être plus proche des bases de ravitaillement alliés en Afrique du Nord.

C’est donc en Italie que les Alliés iront.

L’Opération Husky à l’été 1943 voit les Alliés prendre le contrôle de la Sicile puis l’Opération Avalanche de débarquement en Italie est préparée.
Les anglo-américains débarqueront à Salerne, seule possibilité selon eux. Et les allemands sont au courant de ce choix.

 

II - Déroulement de l’Opération Avalanche

Même si l’opération se déroule en Italie, les troupes italiennes se prendront pas part aux combats.Operation avalanche
Et ce parce que le 3 septembre,  deux jours avant le déclenchement de l’opération, le pays signe la capitulation.

Les troupes italiennes (que ce soient les fascistes aux côtés de l’Axe ou les monarchistes aux côtés des Alliés) n’occuperont que des rôles secondaires et très mineurs pendant Avalanche.

Les Alliés engagent la 5e US Army du général Clark (environ 85 000 hommes) face aux 50 000 soldats de la 10e Armee du général von Vietinghoff.
L’objectif est de prendre Naples et de faire la jonction avec la 8e armée de Montgomery qui arrive de la pointe sud de la botte italienne.

Mais, dès le premier jour de l’opération et du débarquement, un problème de taille se pose : il y a 10km entre le point de débarquement anglais et celui de américains. En cause, l’imprécision des plans et les modifications permanentes de ceux-ci à quelques jours de l’opération.

Au premier jour, peu d’objectifs sont atteints mais les Alliés ont des têtes de pont de 6km de profondeur à l’intérieur des terres.
Par manque de communication, les tirs fratricides sol-air sont très nombreux.

Dès le lendemain, les allemands s’installent dans les 10km d’écart entre les deux lieux de débarquement et lancent des contre-attaques pour empêcher la jonction des anglo-américains.
Ces contre-attaques sont si violentes que la profondeur des têtes de pont se réduit à moins d’une kilomètres et qu’une évacuation est envisagée. Un compte rendu allié indique ainsi « Si nous ne pouvons pas stopper ces contre-attaques allemandes, il va falloir refaire Dunkerque ».

Au bout du 4e et 5e jour de l’opération, les choses s’améliorent un peu. Capri est prise, Salerne est occupée, la supériorité aérienne des Alliés est acquise et les tirs fratricides diminuent.
Néanmoins, les préparations d’un réembarquement continuent et le débarquement est complètement stoppé sur les plages du sud.

Une attaque allemande avec deux divisions de plus auraient pu alors définitivement faire pencher la balance pour l’Axe.

Mais les renforts n’arrivent pas et une réorganisation de la flotte permet un meilleur appui-feu naval qui devient alors efficace et décisif pou repousser les attaques allemandes.
Aucun réembarquement n’aura lieu.

Au bout de 11 jours, les allemands se replient sur une ligne défensive un peu plus au nord et la 5e armée américaine fait sa jonction avec la 8e armée de Montgomery.

 

III - ConséquencesCampagne d italie 1943

Malgré le repli en bon ordre des allemands, qui conservent alors toute leur artillerie, l’opération est une réussite car les Alliés ont mis le pied en Italie (même si Naples n’est pas pris au 16 septembre, jour de fin de l’Opération Avalanche).

Les Alliés perdent 2 009 tués, 7 050 blessés et 3 500 disparus tandis que les allemands ne perdent que 3 500 morts et blessés.

L’Opération emploiera ses régiments de parachutistes avec beaucoup de succès ce qui encouragera d’autres commandants à employer les parachutistes sur d’autres opérations avec les réussites que l’on connait aujourd’hui.

La suite de la campagne d’Italie fut compliquée.
Les efforts alliés se portant sur les débarquements en France, peu de renforts seront envoyés en Italie (des divisions seront même retirées) et les Alliés buteront longtemps sur les différentes lignes de défense allemandes (notamment autour du Monte Cassino).

La campagne d’Italie se terminera le 2 mai 1945 par la reddition des troupes allemandes défendant la péninsule.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire