La première guerre de la Ligue de Smalkalde

La Guerre de 30 ans n’est pas le premier conflit qui déchira le Saint Empire Romain Germanique (SERG) entre les princes catholiques et protestants.

Le premier de ces conflits intervient entre 1546 et 1547 et oppose la Ligue de Smalkalde à l’Empereur Charles Quint.

 

I - Contexte

L’instauration du commerce des indulgences (rémission des pêchés contre une somme d’argent) permet de financer la construction de la basilique Saint Pierre de Rome.Traite ligue de smalkalde
Mais ce procédé ne plaît pas à tout le monde et notamment à un moine augustin allemand, Martin Luther.

Il publie le 31 octobre 1517 ses 95 thèses ce qui lui faut l’excommunication.

Néanmoins, sa nouvelle « religion » circule et de nombreux princes du SERG se sont convertit ce qui est perçu comme une quête d’autonomie par les dirigeants habsbourgeois à la tête de l’Empire.

Martin Luther est donc mis au ban de l’Empire et la Diète (institution chargée de gérer les affaires générales et de régler les différents entre les États) demande la confiscation des biens des luthériens en 1521.
Peu appliquées, ces sanctions sont annulées par la Diète en 1526 puis remises en application par la même Diète en 1529 malgré les protestations (origine du nom donné aux adeptes de cette religion à cette occasion : les protestants) des princes luthériens.

Ceux-ci se retrouvent en 1531 à Smalkalden sous la direction du prince-électeur de Saxe Jean Frédéric Ier et du Landgrave de Hesse Philippe Ier.
Ils créent alors la Ligue de Smalkalde (à droite, le traité de 1531).

Charles Quint, étant occupé par les français en Italie, leur accorde la liberté religieuse en 1532.
Mais son retour en 1544 s’accompagne de mesures restrictives contre les protestants ce qui les inquiètent. Ils décident alors de mener une guerre préventive qu’ils déclarent le 04 juillet 1546.

 

II - La guerre de la Ligue de Smalkalde

La Ligue est constituée de 8 princes et 11 villes libres.
Elle arrive à lever une armée d’environ 10 000 fantassins et 2 000 cavaliers.Bataille de muhlberg

Mais en face, il y a l’Empereur du Saint Empire Romain Germanique, Charles Quint qui était considéré comme l’homme le plus puissant de son siècle.
Il était Roi de Germanie, de Castille, de León, de Grenade, d'Aragon, de Navarre, de Naples, de Sicile, de Majorque, de Sardaigne, des îles Indes et terres fermes de la mer Océane, archiduc d'Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg et de Gueldre, Comte de Flandres, d'Artois, de Bourgogne palatin, de Hainaut, de Hollande, de Zélande, de Ferrette, de Haguenau, de Namur et de Zutphen, prince de Souabe, marquis de Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins, de Malines, le dominateur en Asie et en Afrique, Roi de la Nouvelle-Espagne, du Pérou, de la Nouvelle-Grenade et du Río de la Plata et suzerain des vice-rois de ces mêmes pays.
Il arrive donc a lever une armée de 52 000 hommes composée d’allemands, d’italiens, d’espagnols et d’habitants des Pays-Bas espagnols.

Les luthériens commencent à prendre la ville de Füssen en Souabe puis se dirigent vers la Bavière. Mais la neutralité du duc de Bavière et les dissensions internes font avorter le projet d’invasion du Tyrol autrichien.

Le duc de Saxe (Maurice de Saxe), cousin du prince-électeur de Saxe, et le roi de Bohème envahissent alors les terres de Jean Frédéric Ier.
Celui-ci réagit rapidement. Il reprend ses terres puis envahit le duché de Saxe et la Bohème.
Les hostilités se calment ensuite le temps de l’hiver.

Le 28 mars 1547, Charles Quint reprend l’offensive et part pour la Bohème. Il contraint alors Jean Frédéric à la retraite.
Le manque de soutien des protestants de Bohème et les désaccords stratégiques entre membres de la Ligue les conduisent à être défait lors de la bataille de Mühlberg le 24 avril 1547.
Le prince-électeur de Saxe est alors fait prisonnier.

L’armée impériale met ensuite le siège devant Brème jusqu’en mai où les impériaux se retirent suite à leur défaite lors de la bataille de Drakenburg le 23 mai 1547.

 

III - ConséquencesCharles quint

Cette bataille conclue la guerre même si la paix avait été signée le 19 mai par Jean Frédéric Ier pour échapper à l’exécution. Celui-ci perd la dignité électorale qui ira à son cousin Maurice de Saxe.

Philippe de Hesse est également fait prisonnier malgré l’insistance de Maurice de Saxe pour sa libération.

Même si la Ligue de Smalkalde est vaincue, les idées protestantes ne peuvent plus être arrêtées par les armes et le protestantisme se répand.

Les actions de Charles Quint (portrait à droite) continueront de mécontenter les protestants qui déclencheront alors la Seconde guerre smalkaldique en 1552. Ce conflit opposera l’Empereur à la France d’Henri II et à la Ligue dirigée par Maurice de Saxe.
Le même Maurice de Saxe qui avait participé à la défaite des protestants lors de la première guerre.

Est ce qu’il ne pousserait pas le bouchon un peu trop loin Maurice de Saxe ?

 

 

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam