Somosierra, une bataille qui donne naissance à deux proverbes

« Impossible n’est pas français » et « être saoul comme un polonais ».
Deux expressions très connues en France et qui viennent du même affrontement : la bataille de Somosierra en 1808.

 

I - Contexte

La bataille a lieu pendant la guerre d’Espagne sous Napoléon Ier.Tres de mayo

Depuis 1796, l’Espagne est une alliée de la France et sa flotte participera aussi à la bataille de Trafalgar.
Voyant que le Portugal refuse le blocus continental, Napoléon prévoit une invasion du pays en 1807. Il se met alors à se mêler de plus ne plus des affaires espagnoles et se rend compte de l’état de délabrement avancé de la monarchie hispanique.
Après la révolte du 2 mai et la répression du 3 mai (représentées par les tableaux de Francisco Goya Dos de Mayo et Très de Mayo), il fait abdiquer le roi et son fils et met son frère Joseph sur le trône.

Après plusieurs échecs des armées napoléoniennes (défaite de Bailén, retraite de Junot du Portugal, fuite de Joseph de Madrid), Napoléon décide d’intervenir personnellement avec 80 000 hommes.

 

II - La bataille

En novembre 1808, Napoléon avance vers Madrid avec 45 000 hommes et se retrouve face à une armée espagnole de 20 000 composée de miliciens, réservistes et de quelques restes de régiments réguliers.

Le général et gouverneur de Madrid Benito de San Juan est obligé de diviser ses forces pour défendre les différents accès à la ville. Il envoie ainsi 8 000 hommes et 16 canons sur les hauteurs de Somosierra.Bataille de somosierra

C’est une position facilement défendable.
Des gorges en lacets et étroites avec quelques canons à chaque tournant rendent la progression d’un attaquant particulièrement difficile.

La bataille s’engage le 29 novembre au soir mais les espagnols tiennent bien et les petits échanges de tir ne donnent rien.
Le 30 au matin, Napoléon ordonne à la cavalerie polonaise de charger les batteries ennemies.

Voyant ses lieutenants douter de son ordre, il déclara : « Comment ? Impossible ? Je ne connais point ce mot-là ! Il ne doit y avoir pour mes polonais rien d’impossible ». Cela sera transformé plus tard en « Impossible n’est pas français ».

Le 3e escadron de chevau-légers polonais lancent alors la charge et prend 3 batteries espagnoles au prix de lourdes pertes dues aux tirs et à la mitraille. Il prend la 4e (et dernière) batterie mais celle-ci est reprise par les espagnols.

Napoléon lance alors le reste de la cavalerie polonaise et les cavaliers de la Garde pour reprendre la batterie et venir en aide aux survivants. La batterie est reprise et les espagnols sont mis en déroute.

 

III - Conséquences

Dans cet affrontement, les français ont 57 morts et blessés et infligent 250 morts ou blessés aux troupes hispaniques. Ils font également 3 000 prisonniers.

Le retrait des espagnols de Somosierra sonne le retrait de toute l’armée.Napoleon en espagne
Napoléon arrivera à Madrid le 1er décembre et obtiendra sa capitulation le 4.

Ce sera le début d’une occupation française de la péninsule qui minera les troupes napoléoniennes et qui sera une des explications de sa défaite finale.

Pour terminer sur une petite anecdote, plusieurs généraux français cherchèrent à diminuer le rôle des polonais et leur bravoure pendant la bataille en disant que ceci été ivres pendant leur charge.
Napoléon répliqua alors « Alors Messieurs, sachez être saouls comme des Polonais » qui donnera l’expression qui désigne quelqu’un avec un fort taux d’alcoolémie « saoul comme un polonais ».

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire