La bataille de Patay

Dernier combat de la campagne de la vallée de la Loire de 1429, la bataille de Patay est, pour les français, une victoire toute aussi impressionnante que ne le fut leur défaite d’Azincourt.
Un récit de la bataille garanti sans jeux de mots (même si la tentation est grande).

 

I - Contexte

En 1428, la Guerre de Cent Ans est bien mal engagée pour la France qui possède sa moitié nord occupée par les forces anglo-bourguignonnes.France 1428
Ces derniers mirent le siège devant Orléans en octobre 1428 pour contrôler la Loire et envahir le reste du territoire encore dirigé par le « petit roi de Bourges », le dauphin Charles.

Mais l’année 1429 marqua un tournant dans le conflit.
En mars, Jeanne d’Arc arriva à Chinon et convint le dauphin d’agir pour libérer Orléans.
Elle partit de Blois avec une armée et libéra la ville le 9 mai. Mais les combats causèrent la destruction du pont d’Orléans enjambant la Loire.

La campagne militaire continua donc avec d’autres victoires à Jargeau, Meung-sur-Loire et Beaugency ce qui donna le contrôle de 3 ponts à la France.

Apprenant l’échec du siège d’Orléans, les anglais envoyèrent Sir John Fastolf à la tête d’une armée de secours.
Il fit jonction avec les troupes de John Talbot le 17 juin 1429, le jour de la victoire française à Beaugency puis les deux commandants cherchèrent un lieu pour se préparer à une bataille.

 

II - La bataille de PatayBataille de patay​​​​​​​

Les commandants anglais décidèrent de mettre en œuvre la tactique qui avait vu leur pays si souvent gagner des batailles pendant ce conflit.
Ils disposèrent donc leur 5 000 hommes comme suit :

Au centre, des archers protégés par des pieux de bois pour casser les charges de cavalerie et juste derrière ces archers, des hommes d’armes pour engager les troupes qui arriveraient à passer les pieux. Une tactique qui fonctionnait sur le sol français depuis maintenant plus de 80 ans et qui allait forcément fonctionner une fois de plus sur ce terrain à moins d’un kilomètre du bourg de Patay.

Et c’est à cet endroit que des éclaireurs français les découvrirent le 18 juin 1429.

Cependant, les anglais n’étaient pas encore prêt au combat.
Et les français allaient en profiter.

180 chevaliers lourds, menés par le capitaine La Hire et le connétable Arthur de Richemont, chargèrent les flancs des archers anglais. Des flancs non protégés par manque de temps.
Les archers anglais, légèrement protégés, se débandèrent rapidement et furent vite suivit de leur cavalerie.

1 400 fantassins français arrivèrent alors sur le champ de bataille pour finir les derniers soldats anglais encore présent ce qui permit à la chevalerie de poursuivre les fuyards, démultipliant les pertes.

 

III - Conséquences

La bataille de Patay est une éclatante victoire pour les français qui souffrent seulement de 3 morts et d’une centaine de blessés.Sacre charles vii​​​​​​​

Les anglais perdent quand à eux 2 500 morts sur les 5 000 hommes engagés.​​​​​​​
De nombreux officiers sont capturés dont John Talbot. Fastolf réussit à s’enfuir mais sera complètement discrédité et la responsabilité de la défaite lui sera mise sur le dos par la couronne anglaise.
En un affrontement, l’Angleterre perdit la quasi totalité de leurs archers ce qui les handicapera grandement pour la suite des opérations.

Il n’empêche que cette victoire fait que plus rien de s’oppose à la Chevauchée du Sacre qui voit le dauphin devenir Charles VII de France.

La Campagne de la vallée de la Loire de 1429 marqua un tournant dans le Guerre de Cent Ans. A partir de là, les anglais ne furent quasiment plus sur l’offensive et subirent les sièges jusqu’en 1453 avec la victoire française de Castillon et la prise de Bordeaux ce qui mit fin au conflit.

  • 2 votes. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam