L' Irak à l'heure de la Seconde Guerre Mondiale

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, de grandes puissances se sont affrontés : l’Allemagne, l’Italie, l'URSS, le Royaume-Uni, le Japon, la Chine, les États-Unis et la France pour ne citer que les plus grands acteurs.
Mais d’autres pays de moindres tailles ont été impliqués dans le conflit et leur histoire pendant la guerre est tout aussi intéressante.

Voyons ici le cas de l’Irak.

 

I - L’Irak d’avant-guerre

Après la Première Guerre Mondiale, les frontières du Moyen-Orient sont redessinées et les territoires sont répartis entre français et britanniques.Faycal ier
Les anglais décident de mettre Fayçal ben Hussein al-Hachimi (portrait de 1932 à droite), un chef arabe qui les avaient aidés contre l’Empire Ottoman, à la tête du Mandat britannique de Mésopotamie (l’actuel Irak). Il est élu roi et devient Fayçal Ier le 23 août 1921.

Il entreprend de créer une armée nationale moderne et met en place un réseau d’écoles primaires et secondaires à travers tout le pays.
Cette hausse de l’éducation entraîne la naissance d’une conscience nationale arabe et un sentiment anti-britannique.

Les anglais se retirent peu à peu du pays qui accède à l’indépendance le 3 octobre 1932 sous le nom de Royaume hachémite d’Irak.
S’en suivi alors une longue période d’instabilité ministérielle entre les premiers ministres favorables à l’alliance avec les anglais et les premiers ministres nationalistes.

La mort de Fayçal I, remplacé par Ghazi I, ne règle pas les choses.

Deux coups d’état en 1936 renversent les premiers ministres en exercice et ajoute au chaos ambiant.

Ghazi I meurt dans un accident de voiture le 4 avril 1939.
C’est son fils Fayçal II qui lui succède mais, âgé de seulement 4 ans, c’est son oncle Abdul Illah qui assure la régence.

 

II - Le Royaume d’Irak pendant la Seconde Guerre MondialeGuerre anglo irakienne

Au déclenchement du conflit, le pays privilégie son entente avec les britanniques et romps tout lien avec le IIIe Reich.
Mais le premier ministre doit démissionner suite à un scandale politique le 31 mars 1940.

Il est remplacé par un autre premier ministre qui choisit la voie de la neutralité puis qui se rapproche de plus en plus de l’Axe contre l’avis du régent.
Une crise politique secoue l’Irak à la fin 1940. Cette crise culminera le 1er avril 1941 quand une groupe d’officiers favorables au premier ministre en exercice démet le régent de ses fonctions et rejoint l’Axe.

La réaction des Alliés ne se fait pas attendre : le Royaume-Uni déclare la guerre à l’Irak le 2 mai. C’est le début de la guerre anglo-irakienne.
Malgré un soutien aérien allemand et italien depuis les bases vichystes de Syrie, l’Irak est écrasé et signe la paix le 1er juin 1941. Le pays perd 2 500 morts et 6 000 prisonniers.
En face, les Alliés comptent 1 200 morts et blessés.

Le régent Abdul Illah est restauré dans ses fonctions et les britanniques occuperont le pays jusqu’en 1947 pour protéger ses ressources pétrolières.

L’Irak servira de base pour l’invasion de l’Iran en 1942 puis de zone de transit pour le matériel allié en direction de l’URSS.

 

III - L’Irak d’après-guerre

Après la guerre, le gouvernement s’aligne sur la position du Royaume-Uni contre les mouvements nationalistes arabes qui traversent le Moyen-Orient. De nombreuses émeutes réclamant la rupture avec les anglais sont réprimées.Timbre independance irak​​​​​​​

De nouvelles libertés constitutionnelles sont refusées dans les années 50 et le mécontentement grandit.
La monarchie sunnite dans un pays chiite suscite la colère et est vue comme un colonialisme britannique déguisé.

Le 14 juillet 1958, un groupe d’officiers nationalistes et communistes rentre à Bagdad et attaque le palais royal.
Fayçal II et une majorité de la famille royale est massacré.

La République d’Irak est alors proclamée (les timbres à droite célèbrent cette date) et les irakiens considèrent ce jour comme la véritable date de leur indépendance.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam