La Biélorussie à l'heure de la Seconde Guerre Mondiale

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, de grandes puissances se sont affrontées : l’Allemagne, l’Italie, l’URSS, le Royaume-Uni, le Japon, la Chine, les États-Unis et la France pour ne citer que certains des plus grands.
Mais d’autres pays de moindre taille ont été impliqués dans le conflit et leur histoire pendant la guerre est tout aussi intéressante.

Voyons ici le cas de la Biélorussie.

Republique populaire bielorusse

I - La Biélorussie avant la Seconde Guerre Mondiale

Ancien territoire de l’Empire Russe, la Biélorussie sort de son emprise lors du traité de Brest-Litovsk.
Elle devient indépendante le 25 mars 1918 sous le nom de République populaire de Biélorussie (blason à droite).

Cependant, la Russie de Lénine refuse cette indépendance et attaque le pays l’année suivante.
Le gouvernement (la Rada) part alors en exil au Canada, où il se trouve encore aujourd’hui.
Suite au traité de Riga, la guerre se termine en faveurs des russes et le territoire de la république est divisé entre la Pologne et la République Socialiste et Soviétique de Biélorussie (que l’on appellera RSS de Biélorussie par la suite) qui intégrer l’URSS à sa création en 1922.

Ce territoire amputé par la Pologne sera récupéré par la Biélorussie en 1939 suite à l’invasion de la Pologne par l’Allemagne et l’URSS comme le prévoyait le pacte Molotov-Ribbentropp.

 

II - La Biélorussie pendant la Seconde Guerre Mondiale

Le 22 juin 1941, le IIIe Reich lance l’Opération Barbarossa et attaque l’URSS dont fait partie la RSS de Biélorussie.
La bataille pour la ville de Brest-Litovsk du 22 au 29 juin, l’un des premiers combats de la guerre, fut particulièrement violente et coûte la vie à 400 allemands et 6 000 russes.Bielorussie occupation 1941

En raison d’un certain sentiment antisoviétique de la population dû aux exactions du régime de Staline et du NKVD, nombreux sont les biélorusses à vouloir collaborer avec l’occupant ce que le IIIe Reich refuse dans un premier temps.
En effet, les dirigeants nazis ne croyaient pas en l’existence d’un sentiment national biélorusse capable de fédérer la population et préféraient se concentrer sur la conquête de l’ennemi russe.
Ainsi, seul une « Aide populaire biélorusse » fut créée pour s’occuper de santé, d’éducation et de culture.

Ce n’est qu’à partir de 1943 que furent créée de véritables organes biélorusses de collaboration qui aidèrent les allemands dans leur stratégie antisoviétique.

Et antisémite.
A partir de septembre 1941, la Shoah commença sur le territoire avec le parcage des 950 000 juifs (10 % de la population) dans 300 ghettos.
800 000 juifs perdront la vie dans les ghettos ou les camps de concentration et d’extermination.

Malgré le fort sentiment antisoviétique, une partie de la population resta fidèle à l’URSS et de nombreux réseaux de partisans s’organisèrent.
La lutte contre ces résistants par les Einsatzgruppen (les unités mobiles d’extermination

du IIIe Reich) engendra énormément d’exactions et de destructions.
Ce furent près de 10 000 villages qui furent détruits dans des actions de représailles.

Mais sur le front Est, après les défaites de Stalingrad et Leningrad, les allemands commencent à reculer.
Après la bataille de Koursk du 5 juillet au 23 août 1943, les allemands n’auront plus jamais l’initiative et ne feront plus que reculer.

Et le 22 juin 1944 est déclenchée l’Opération Bagration qui vise la libération de la RSS de Biélorussie.
En moins de 2 mois, le pays est libéré et cette opération devient la pire défaite de la Wehrmacht qui perd 290 000 morts, 120 000 blessés et 150 000 prisonniers.

 

III - La Biélorussie après la Seconde Guerre Mondiale

Le pays a énormément souffert du conflit.
25 % de la population a été décimée (soit entre 2,5 et 3 millions de morts) et les villes sont en ruines. 98 % des monuments historiques sont détruits.Drapeau rss bielorussie​​​​​​​

Néanmoins, pour son effort de guerre, la RSS de Biélorussie se voit offrir un siège à l’ONU (avec l’Ukraine et la Russie, ce sont les seules RSS a en avoir un).
Le pays se relèvera peu à peu grâce à un ambitieux programme d’industrialisation et les villes sont quasiment complètement reconstruites à la fin des années 1950.

La population ne se révolta que très peu pendant la période soviétique contrairement à d’autres pays comme la Hongrie, la Pologne ou la Tchécoslovaquie.

Fortement touché par les retombées radioactives de Tchernobyl, le pays s’écarte peu à peu de l’URSS.
Il déclare sa souveraineté en 1990 puis son indépendance le 25 août 1991.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam