La crise chypriote de 1974

Les tensions entre la Turquie et la Grèce ne datent pas l'été 2020. Depuis que la Grèce s'est libérée du joug ottoman en 1830, les affrontements sont réguliers entre les deux pays.
Et l'un d'eux eu lieu en 1974 à Chypre et est responsable de l'état actuel de l'île.


 

I - Contexte

En 1960, l'île de Chypre obtient son indépendance de la part du Royaume-Uni.Chypre carte mediterrannee​​​​​​​
Peuplé à 80% de grecs et 20% de turcs, l'île repose sur un fragile équilibre entre les communautés grâce à l'élection d'un président d'origine grecque et d'un vice-président d'origine turque.
De plus, un traité de garantie signé en 1960 faisait du Royaume-Uni, de la Grèce et de la Turquie des garants de l'équilibre de l'île avec un droit d'intervention militaire si cet équilibre disparaissait.

En 1967, un régime dictatorial (appelé la dictature des colonels) s'installe en Grèce et relance l'idée de l'Enosis, c'est à dire l'union de tous les grecs sous un même drapeau et donc le rattachement de Chypre à la Grèce Le régime fomente donc un coup d'état qui destitue le président chypriote le 15 juillet 1974.

Faisant valoir le traité de garantie de 1960, la Turquie intervient et envahit l'île 20 juillet 1974.


​​​​​​​

II - Les opérations Attila

Le 20 juillet à 5h45 du matin; l'opération Attila est lancée.Invasion turque chypre 1​​​​​​​
Elle sera annoncée à la radio par le gouvernement turc à 6h30.

Ce sont 40 000 soldats qui envahissent l'île grâce à des péniches de débarquement ou sont aéroportés par avion. Ils seront aidés par 20 000 miliciens chypriotes turcs.

En face, on trouve les 5 000 soldats de la Garde Nationale Chypriote (l'armée de terre nationale) et 2 000 hommes de l'armée grecque.

L'armée turque bat sans problèmes les troupes grecques et chypriotes avant tant d'efficacité qu'un cessez-le-feu est signé le 23 juillet avec 3% de l'île occupée.​​​​​​​
Cela n'a tout de même pas été sans couac avec une attaque de l'aviation turque sur une de leur flottille, coulant un destroyer et en endommageant gravement deux autres.

Après l'échec des négociations, l'opération Attila II est déclenchée et c'est 38% de l'île qui passe sous occupation turque entre le 13 et le 16 août.


 

III - Une île encore divisée aujourd'hui

L'armée chypriote est annihilé dans les deux opérations (3 090 morts, 1141 blessés et 909 disparus sur 5 000 hommes) tandis que les grecs ont 88 morts et 148 blessés.Chypre divisee 1​​​​​​​

La Turquie, de son côté, déplore la perte de 500 morts et 1 200 blessés
 

L’échec de l’armée grecque a réagir à ces attaques (les États-Unis avaient aussi fait pression pour que la Grèce ne s’implique pas trop dans un conflit contre un autre membre de l’OTAN) cause la disparition de la dictature des colonels et le retour à un régime démocratique.

Sur l’île, 2 500 casques bleus sont déployés le long d’une ligne démilitarisée de démarcation qui existe encore aujourd’hui (même si de plus en plus de points de passage ont été ouvert ces dernières années).
Une barrière physique coupe l’île en deux, en même temps que sa capitale, Nicosie.
Des centaines de milliers de grecs ont été déplacés du nord vers le sud et inversement pour les turcs.

De nombreux plans de réunification ont été imaginé mais aucun n’a abouti pour le moment.
L’île reste donc divisée entre la République de Chypre et la République Turque de Chypre du Nord (État uniquement reconnu par la Turquie).

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire