Le Danemark à l'heure de la Seconde Guerre Mondiale

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, de grandes puissances se sont affrontées : l’Allemagne, l’Italie, l’URSS, le Royaume-Uni, le Japon, la Chine, les États-Unis et la France pour ne citer que les plus grands acteurs.

Mais d’autres pays de moindre taille ont été impliqués dans le conflit et leur histoire pendant la guerre est tout aussi intéressante.

Voyons ici le cas du Danemark.

 

I - Le Danemark d’avant-guerre

Grande puissance européenne au XVIe et XVIIe siècle, le Danemark entre en déclin à partir du début du XIXe siècle et des guerres napoléoniennes.Carte danemark
Il perd peu à peu ses territoires notamment la Norvège en 1814 et plusieurs duchés en 1864.

Le printemps des peuples de 1848 frappe le pays qui devient une monarchie constitutionnelle le 5 juin 1849 puis une monarchie parlementaire en 1901.

Gardant sa neutralité pendant la Première Guerre Mondiale, le pays souffrit tout de même du conflit en raison de l’interruption du commerce sur le continent (le Danemark tirait une partie de ses revenus du commerce et des droits de passage dans ses eaux territoriales) et de l’instabilité financière européennes d’après guerre et d’après crise de 1929.

Pour la Seconde Guerre Mondiale qui se profile, le Danemark souhaite rester neutre à nouveau et signe avec l’Allemagne un pacte de non-agression le 31 mai 1939.

 

II - Le Danemark pendant la guerre

Le Danemark n’est pas un objectif stratégique pour le IIIe Reich ce qui explique la signature du pacte de non-agression.
Mais la position idéale du pays, de ses ports et aéroports importants pour la conquête de la Norvège fit changer Hitler d’avis en février 1940.Soldats danois 1940

L’armée danoise est peu nombreuse et sous équipée.
Ainsi, lorsque l’armée allemande franchit la frontière le 9 avril 1940 à 4h15, les combats furent brefs et le pays capitula deux heures après le début des combats et 16 morts danois.
La plupart des habitants le levèrent en ignorant qu’ils étaient maintenant sous occupation étrangère.

En raison de la coopération des autorités, la souveraineté danoise resta intacte avec un contrôle danois sur la police et un gouvernement national qui resta « libre » de ces choix en théorie.
Dans la pratique, le gouvernement était libre de faire ce qu’il voulait mais l’occupation l’obligea à certaines décisions peu évidentes notamment l’interdiction de toute publication journalistique anti-allemande pour éviter des mesures de représailles du voisin germanique. De plus, un responsable nazi avait été imposé au gouvernement pour le conseiller et assurer le lien avec l’occupant.
Mais sinon, le Danemark resta relativement libre contrairement à de nombreux autres pays occupés.Danemark seconde guerre mondiale

Le pays profita de sa relation privilégiée avec le régime nazi pour attirer les investissements pour se développer mais aussi pour avoir accès à des informations militaires confidentielles qu’ils fournissaient ensuite aux Alliés.

Et surtout, le gouvernement refusa toute mesure anti-juive et continua de considérer les juifs comme des citoyens comme les autres.
D’ailleurs, la soi-disant déclaration du roi Christian X comme quoi il serait le premier à porter l’étoile jaune dans son pays n’a probablement jamais été dite. Et personne ne porta cette étoile au Danemark.

Mais au fur et à mesure du temps qui passe, l’atmosphère entre l’Allemagne et le Danemark se dégrada (essentiellement en raison de la volonté danoise de protéger les juifs et de l’augmentation des actes de résistance et de sabotage envers l’occupant).
A partir d’automne 1942, le Danemark est considéré comme « territoire ennemi » et le gouvernement danois finit par être dissous le 29 août 1943 et la loi martiale est décrétée.

La marine se saborde et l’armée résiste désespérément à l’avancée des allemands.
23 soldats danois seront tués et 43 blessés.

Les juifs du pays sont évacués vers la Suède par les autorités encore en place mais 450 (soit 7 % de la population juive) finiront déportés au camp de concentration de Theresienstadt. 51 ne revirent jamais leur pays.

Pendant le reste du conflit, la résistance s’intensifia notamment pour perturber les réseaux de communication et de voies ferrées et la vie devint difficile.
Le Danemark sera libéré en mai 1945 par l’armée du général britannique Bernard Montgomery.

 

III - Le Danemark d’après guerre

Après la guerre, le pays panse ses blessures même si les dégâts et les morts sont moins importants que beaucoup d’autres pays.Liberation danemark 1945
On compte 850 résistants et 900 civils tués en plus des 39 soldats morts lors des invasions et des 360 danois, juifs ou non, morts en camp de concentration.

Intégrés dans les forces alliées après avoir fuis leur pays, de nombreux soldats donnèrent leur vie dans les combats de libération de l’Europe ou pour la protection des convois dans l’Atlantique. Ce fut le cas pour 1850 marins et 100 fantassins.

Après guerre, 40 000 personnes sont arrêtées pour collaboration.
46 seront exécutées et 13 500 autres seront condamnées à des peines de prison de 4 ans ou moins pour la majorité.

Pendant son occupation, le Danemark a perdu de son autorité et ses dépendances s’éloignent peu à peu. L’Islande (dont on a déjà vu ici l’histoire pendant la Seconde Guerre Mondiale) romps son union avec le pays en 1944 et devient indépendante à la sortie du conflit et les Îles Féroé prennent aussi leur autonomie en 1948.

Le pays devient membre de l’ONU et de l’OTAN après guerre (après l’échec de la création d’une union de défense avec la Norvège et la Suède).
Il participe aussi activement à la construction européenne sans toutefois y rentrer complètement car il refusera l’entrée dans la zone euro (et conserve la couronne danoise comme monnaie nationale).

Le Danemark est toujours aujourd’hui une monarchie constitutionnelle où les femmes peuvent accéder au trône au même titre que les hommes (comme au Royaume-Uni).

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam