Le destin brisé de Laïka

Le 3 novembre 1957, Spoutnik 2 s’envole vers le ciel.
C’est le deuxième engin à décoller de la surface de la Terre et à atteindre l’espace (pour la distance à l’espace, voir ici) et, comme le premier, il est soviétique.

Il embarque une chienne nommée Laïka qui sera le premier être vivant dans l’espace.

Le succès planétaire de cette mission, qui nourrira la propagande de l’URSS, occultera la fin de l’héroïne de ce voyage.
Et pour cause, Laïka est morte pendant son voyage.

 

I - Préparatifs d’un lancement historiqueSpoutnik 1

Le lancement de Spoutnik 1 (à droite), le premier satellite artificiel, le 4 octobre 1957 a un succès mondial important et Nikita Khrouchtchev, le président de l’URSS, veut aller plus loin dans la domination spatial pour servir la propagande de son pays.
Il demande ainsi un nouveau lancement pour le mois prochain pour fêter les 40 ans de la Révolution d’Octobre 1917 qui vit les bolchéviques arriver au pouvoir en Russie.

Tous les participants au programme spatial sont rappelés de leurs vacances (bien méritées après des années de travail) pour préparer un départ en 4 semaines.

Un engin spatial est conçu à la hâte et sans essai (celui à l’étude et pouvant également transporter un être vivant ne pouvait être prêt avant décembre.

 

II - L’histoire de Laïka

Laïka était une chienne errante trouvée dans les rues de Moscou.Laika dans sa cabine
Elle eut plusieurs noms tels que Limontchik, Joutchka ou Koudriavka mais c’est Laïka (le nom générique russe pour désigner les chiens errants de la race des huskys) qui fut retenu par la presse et la postérité.

La chienne fut habituée à son confinement (elle n’était presque pas sensée bouger pendant les longs mois de son voyage) en étant mise dans des cages de plus en plus petites et en lui servant à manger de plus en plus de gel nutritifs à base d’aliments et d’eau, la seule nourriture qu’elle aura à disposition dans l’espace.

Elle est installée dans la fusée 3 jours avant le lancement. Sa cabine est équipée d’un système pour réguler la température.
De nombreux capteurs sont posés sur l’animal pour pouvoir avoir en direct ses différents signes vitaux.

Le 3 novembre, la fusée décolle du sol de l’actuel Kazakhstan.
Le rythme cardiaque de Laïka grimpe en flèche sous le stress et sera lent à redescendre.

Les premiers relevés, 3 heures après le lancement, indiquent qu’elle est agitée mais qu’elle mange.

Cependant, 7 heures après le décollage, la chienne ne donne plus de signes de vie et n’en donnera plus jamais.

 

III - Qu’est-il arrivé au premier être vivant dans l’espace ?

Quand Laïka a quitté la Terre le 3 novembre, il était prévu qu’elle ne revienne pas. Le délai imparti était trop court pour prévoir une solution de rapatriement de l’animal.
De la nourriture empoisonnée avait été préparée pour épargner à l’animal un confinement stressant et des souffrances inutiles.Timbre laika

Mais cette solution ne fut pas nécessaire.

En effet, le dernier étage du lanceur ne se sépara pas correctement du reste de l’engin et empêcha le système de régulation thermique de fonctionner efficacement.
Le stress et la chaleur causèrent ainsi la mort de la chienne 5 à 7 heures après son décollage.

Son corps disparu en même temps que Spoutnik 2 dans la désintégration de l’engin lors de son entrée dans l’atmosphère terrestre 5 mois plus tard après plus de 2 000 rotations terrestres.

Le sort de Laïka déclencha de nombreux débats en Europe de l’Ouest sur l’utilisation des animaux à des fins scientifiques.

Malgré cela, le lancement fut une grande victoire soviétique et conclut qu’un être vivant pouvait survivre au décollage d’une fusée.
Cela ouvrit la voie au lancement de fusée habitée par l’Homme.
Le premier, Youri Gagarine, sera également soviétique.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire